Porté par le développement du numérique et la dynamique des start-up, le secteur regorge de débouchés. Il y en a pour tous les profils, pas uniquement pour les ingénieurs.

Un contexte très favorable

Dans une société en perpétuelle mutation où les innovations technologiques se succèdent, les opportunités sont immenses dans ce secteur. L’installation progressive du numérique dans notre quotidien a entraîné un processus de dématérialisation (smartphones et tablettes) et dans son sillage l’apparition de nouveaux métiers : infographiste 3D, web designer, game designer, level designer, storyboarder, développeur web ou multimédia pour ne citer qu’eux. C’est loin d’être fini puisque pour les quatre ou cinq prochaines années, la moitié des métiers concernés par l’informatique et les nouvelles technologies n’est pas encore connue. Une aubaine pour la jeune génération (Y et Z) qui a grandi et évolué dans le monde des réseaux sociaux et des nouvelles technologies. Dans le domaine informatique les besoins sont également conséquents en ce qui concerne les infrastructures et les réseaux, le web ou encore l’édition de logiciel. Il y a aussi des nouveautés comme la cybersécurité, entendez par là la protection des données des individus sur internet (ex : données bancaires) qui est devenue un enjeu majeur pour les entreprises mais aussi pour les particuliers avec l’essor du Big Data. Débouchés assurés dans les trois mois après l’obtention du diplôme, assure l’Université de Valenciennes qui forme chaque année entre 30 et 40 hackers à Maubeuge. « Il y a une lame de fond qui émerge au niveau de la donnée. Toutes les entreprises ont compris l’enjeu crucial sur le traitement, l’analyse et l’interaction de données, elles ont pour beaucoup un stock extraordinaire qui n’est pas suffisamment exploité », explique Raouti Chehih, directeur général d’EuraTechnologies.

 

Jeux vidéo et animation 3D

Si le domaine de l’informatique se porte bien, celui de l’animation 3D et des jeux vidéo n’est pas en reste. Depuis dix ans, le marché a explosé avec une croissance boostée par les fabricants de consoles (Sony, Microsoft, Nintendo) et les éditeurs de jeux dont beaucoup sont français. La région est d’ailleurs devenue l’un des plus importants pôles français en matière de jeux vidéo grâce à la présence de nombreuses entreprises dans la métropole lilloise (Ankama, BigBen Interactive…). Elle abrite aussi depuis un an la Serre Numérique à Valenciennes, un campus ultra moderne dédié à l’innovation technologique où se côtoient les entreprises et étudiants. Qu’il s’agisse des jeux vidéo ou de l’animation 3D, la France a acquis ces dernières années un savoir-faire et une originalité qui lui vaut aujourd’hui une reconnaissance internationale. On estime d’ailleurs que le marché du jeu vidéo est la deuxième industrie culturelle, après le livre.

 

La French Tech

Depuis novembre 2014, Lille a été parmi les neuf villes françaises à obtenir le label « French Tech » un écosystème numérique qui vise à faire de la France un acteur majeur en matière de nouvelles technologies numériques. Au-delà de la Métropole, c’est toute la région Nord Pas de Calais – Picardie qui veut surfer sur ce dynamisme de la « French Tech » : « On doit figurer parmi les quatre premières régions en ce qui concerne le secteur du numérique, peut-être la première en termes de dynamisme. L’objectif pour les cinq prochaines années, c’est de tripler les effectifs, passer de 30 000 à  90 000 employés, avance Raouti Chehih. Chaque année, on a 10 % de croissance dans le secteur, on veut devenir le premier acteur de France, hors Île-de-France, dans les cinq premiers en Europe et dans le top 15 mondial. » Pour y parvenir, la collaboration avec les acteurs de la formation sera un passage incontournable : « Il y a du boulot ! C’est le moment pour les jeunes de se former car demain il y aura de l’emploi, prévient-il. Les entreprises dans le secteur ne recrutent plus uniquement à Bac + 5, beaucoup prennent de plus en plus de Bac +2. On peut très bien faire une filière courte et continuer de se former en interne d’autant que le numérique est un secteur qui a parfaitement intégré l’apprentissage et l’alternance. » Pas question non plus de s’enfermer dans un registre, les postes et les rôles de chacun évoluent dans l’entreprise au gré des innovations technologies et les métiers d’aujourd’hui ne seront plus forcément les mêmes dans cinq ans.

 

Portrait

Pierre, animateur 3D chez YS Interactive à Valenciennes

Parcours

J’ai obtenu un Bac S sans trop savoir ce que je voulais faire par la suite. Après avoir effectué un an d’IUT informatique, j’ai tenté en 2005 le concours Supinfocom de Rubika à Valenciennes, c’est passé, j’ai suivi la formation pendant cinq ans avant de travailler dans le domaine de la publicité court métrage sur Paris. »

Métier

Parfois usé par les contraintes du milieu de la publicité,« les temps de production sont très courts, il m’est arrivé de dormir sur mon lieu de travail pour sortir une pub en 10 jours »,  Pierre travaille aujourd’hui dans le domaine des jeux vidéo où « les délais sont moins soutenus », à la Serre Numérique de Valenciennes. « Je fais de l’animation de personnage, je crée les mouvements pour les jeux vidéo, je transmets ensuite mes animations à une autre personne qui se charge de les intégrer à un décor. »

Conseils

« Ce sont des métiers passions, il faut aimer ce que l’on fait. Il faut également avoir l’envie d’apprendre, avoir soif de connaissances pour ne pas se laisser dépasser. J’ai l’impression d’avoir appris à apprendre, c’est un secteur où ça évolue toujours.  Il faut arriver à se nourrir des gens qui nous entourent et avoir un bon sens de l’organisation aussi. Il y a enfin un gros côté humain qui entre en jeu. »

 

En chiffres

• Le secteur logiciel et services informatiques représente 93,7 % d’emplois en CDI, contre 69,5 % pour l’ensemble de l’économie
• L’industrie du jeu vidéo a généré 2,7 milliards d’euros en France en 2013
• Un cyberincident majeur pourrait coûter jusqu’à 2 millions à une entreprise, 5 millions pour une grande entreprise

 

Plus d’infos . . . . . . . . . . .

• www.euratechnologies.com
• www.lesjeudis.com
• www.remixjobs.com
• www.syntec-numerique.fr